PUBLICITÉ

Société Publié le mardi 20 juillet 2021 | AIP

Des professionnels des médias s’engagent à œuvrer pour la vulgarisation du PAMOFOR

Des professionnels des médias, ayant bénéficié d’une formation de l’Agence foncière rurale (AFOR) sur la sécurisation foncière, à Yamoussoukro, ont pris l’engagement d’œuvrer à la vulgarisation du Projet d’amélioration de la mise en œuvre de la politique foncière rurale de Côte d’Ivoire (PAMOFOR).


Dans un round up réalisé à l’issue de l’atelier par l’AIP, les journalistes participants ont justifié l’opportunité de ce renforcement de capacités en matière du foncier rural tellement cette question met à mal la cohésion sociale car sources récurrentes de conflits intercommunautaires.


« Cette formation était la bienvenue. Les modules qui nous ont été enseignés sont des acquis que nous allons capitalisés dans nos organes de presse parce qu’on a compris que la question du foncier a été pour beaucoup dans les crises que notre pays a traversées. Nous allons sensibiliser nos parents à travers nos différents canaux », a affirmé Aboubacar Sangaré du quotidien Le Matin.


Selon Louis Gnana Brou de l’Agence ivoirienne de presse à Toumodi, cette formation est comme une sorte de mise en mission des journalistes par l’AFOR pour sensibiliser les populations de sorte à ce que les propriétaires des terrains puissent avoir leurs certificats fonciers.


« Il nous revient en tant que professionnels des médias de sensibiliser les populations, de dissiper tout ce qui est crainte de leur part de sorte à ce que les détenteurs des droits coutumiers puissent aller à la délivrance d’un certificat pour sécuriser leur propriété », a-t-il souligné.


Pour Gaoussou Ouattara du quotidien Le Patriote, la question du foncier est tellement importante qu’elle est devenue une préoccupation nationale. Aussi, pense-t-il que tout citoyen qui dispose d’une terre doit tout mettre en œuvre pour la sécuriser.


Mais face au nombre insignifiant de certificats fonciers délivrés à ce jour (moins de 8 000), selon les statistiques de l’AFOR, M’Bra Konan, du quotidien Soir Info, plaide pour des missions avec la presse afin de permettre aux journalistes de mieux s’imprégner des difficultés de la mise en œuvre du PAMOFOR sur le terrain.


« En zone rurale, il y a beaucoup d’analphabètes et ça complique la tâche. Ce qui fait que les conflits sont meurtriers. Une fois appliquée les règles que l’AFOR a mises en place, on devrait pouvoir s’en sortir. En plus de cette formation, qu’on nous permette d’aller sur le terrain pour déceler les difficultés de l’application de la politique foncière », a-t-il suggéré.


Les 12 et 13 juillet, 30 professionnels des médiaux nationaux ont pris par à une formation initiée à leur intention par l’AFOR, une structure créée par l’Etat en 2017 pour clarifier les droits fonciers ruraux, sécuriser les investissements dans le domaine foncier rural, instaurer la sécurité de la propriété foncière rurale, stabiliser et moderniser les exploitations, encourager l’accès au droit moderne plus sécurisant et donner une valeur marchande au bien foncier rural.


C’est à ce titre que l’AFOR bénéficie d’un appui financier de la Banque mondiale pour expérimenter le PAMOFOR dans 19 départements de six régions administratives du pays afin de délivrer gratuitement, d'ici à 2022, 54 000 certificats fonciers aux détenteurs de droits coutumiers sur des terres dans le domaine rural de ces localités ainsi que la délimitation des territoires villageois de ces circonscriptions.


(AIP)


fmo

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ